Le ara

Notez cet article :

Photo d'un ara

Oiseaux bleus, jaunes, rouges, verts ou encore indigo, vous l’aurez compris, je vais vous parler de ces magnifiques oiseaux pleins de couleurs. Voici donc un petit tour d’horizon des différentes espèces faisant partie de la famille de cet impressionnant animal qu’est le ara.

Généralités sur le ara

Classe : Aves

Ordre : Psittaciformes

Famille : Psittacidés

Genre : Anodorhynchus, Cyanopsitta, Ara, Orthopsittaca, Propyrrhura et Diopsittaca

Répartition géographique :  On les retrouve en Amérique Centrale et en Amérique du Sud.

Tempérament :  Ce sont des oiseaux très bruyants et très forts. Grâce à la force de leur bec et de leurs serres, ils peuvent facilement détruire divers objets allant du mobilier aux murs d’une maison. Avec ces mêmes armes, ils peuvent aisément se défendre, sachant qu’une simple morsure de ces oiseaux peut vous briser les os de la main. De plus, c’est un volatile extrêmement intelligent. En captivité, il a besoin de beaucoup d’espace  et de stimulation. Le manque d’un de ces deux facteurs peut rapidement causer des problèmes de comportement tels que le picage (l’oiseau aura tendance à s’arracher ses plumes pour passer le temps) ainsi que de l’agressivité envers vous ou envers ses camarades de volière. Si toutefois vous souhaitez en avoir un, il est important de savoir que ce n’est pas un oiseau adapté aux débutants, en posséder un risque d’être beaucoup plus néfaste qu’autre chose et c’est surtout l’animal qui en pâtirait.

Talent : Ces oiseaux ont la capacité d’imiter les sons et les mots, ce qui est à l’origine de leur si grande popularité.

Le mot ara ne vous est peut-être pas familier, mais ils sont considérés comme étant des perroquets. Évidemment, ils ne sont pas les seuls à être définis comme tels. Dans cette catégorie entrent également les inséparables et les perruches et  il y en a bien d’autres.

Je vais maintenant vous présenter les différentes espèces de Ara classées selon leur genre.

Les Aras du genre Anodorhynchus

Ara hyacinthe

Le Ara hyacinthe

Nom latin : Anodorhynchus hyacinthinus

Répartition géographique : Brésil, Paraguay et Bolivie

Longévité : 60 ans

Poids : 1435 g à 1695 g

Taille : 100 cm

Apparence : Ce perroquet est presque entièrement bleu-violet, seuls le tour des yeux et les côtés du bec sont jaunes tandis que celui-ci est noir.

Statut de conservation : Depuis 1990, cet oiseau est une espèce protégée puisqu’il est victime de braconnage.

Ara de Lear

Le Ara de lear ou Ara cobalt

Nom latin : Anodorhynchus leari

Répartition géographique : Brésil

Longévité : 60 ans

Poids : 950 g

Taille : 75 cm

Apparence : Le Ara de lear est très semblable au Ara hyacinthe. Son bec n’est pas totalement noir. Le Ara de lear a lui aussi des marques jaunes sur les joues, mais elles sont un peu plus grosses que celles du Ara Hyacinthe.Ses paupières sont blanches au lieu d’être noires comme celles du précédent ara..

Statut de conservation : Cet oiseau figure dans l’annexe I de la CITES* et est une espèce menacée de par sa faible population (500 individus à l’état sauvage).

Ara glauque

Le Ara glauque

Nom latin : Anodorhynchus glaucus

Répartition géographique : Brésil, Uruguay, Argentine et Paraguay

Longévité : Information non disponible

Poids : Information non disponible

Taille : 72 cm

Apparence : L’Ara glauque fait partie des quatre grands perroquets bleus. Il est donc très ressemblant au Ara hyacinthe ainsi qu’au Ara de lear. Bien que le bleu de ses ailes forme un motif d’écailles, il a le dessous des ailes jaune-orangé, tout comme le bout de ses rémiges (plumes de vol). Il a le tour du bec et des yeux jaune, et ses joues sont d’un bleu tirant vers le gris.

Statut de conservation : En danger critique d’extinction, il est évalué qu’il ne resterait que 50 individus de cette espèce sur la planète.

Les Aras du genre Cyanopsitta

Ara de spix

Le Ara de spix

Nom latin : Cyanopsitta spixii

Répartition géographique : Brésil, Bahia pour être plus précis

Longévité : 28 ans à l’état sauvage et 38 ans en captivité

Poids : 295 à 400 g

Taille : 56 cm

Apparence : Entièrement bleu, le Ara de spix a tout de même la tête un peu plus pâle que son corps. Son bec ainsi que ses yeux sont complètement noirs.

Statut de conservation : Ce perroquet est disparu à l’état sauvage, il n’y a que 30 individus maintenus en captivité à travers le monde. L’oiseau figure dans l’annexe 1 de la CITES. Un groupe de chercheurs et de propriétaires d’Aras de spix s’est formé pour tenter de grossir la population de cette espèce d’oiseaux en vue de la réintroduire dans la nature. Aujourd’hui, quelques individus sont nés un peu partout dans le monde. Pour plus de renseignements sur ce groupe et leurs buts, je vous invite à visiter ce site.

Les Aras du genre Ara

Ara ararauna

Le Ara bleu ou Ara ararauna

Nom latin : Ara ararauna

Répartition géographique : Amérique Centrale et Amérique du Sud, plus précisément au Panama au Paraguay ainsi qu’en Guyane.

Longévité : 60 ans

Poids : 995 g à 1380 g

Taille : 86 cm

Apparence : Ce type de ara les tectrices (plumes de corps) de la poitrine et de l’abdomen jaunes, avec une petite bavette sous le bec complètement noire. Son visage a des lignes de plumes noires autour des yeux, son front est parsemé de tectrices verdâtres et celles du reste de son corps sont bleues. Le dessous de ses ailes est complètement jaune.

Statut de conservation : C’est un oiseau protégé. Bien qu’il ait des prédateurs dans la nature, ce qui risque de causer sa perte est la déforestation et sa capture faite par l’homme.

Ara canindé

Le Ara à la gorge bleue ou Ara canindé

Nom latin : Ara glaucogularis

Répartition géographique : Bolivie

Longévité : 80 ans

Poids : Jusqu’à 800 g

Taille : 85 cm

Apparence : Très ressemblant au Ara ararauna que nous venons de voir, le Ara canindé s’en démarque tout de même grâce à sa gorge qui est bleue et non noire, ainsi qu’à son front qui est bleu au lieu de vert. Une grande partie du reste de son corps est donc jaune comme sa poitrine, son abdomen et le dessous de ses ailes. Le dessus de ses ailes et son dos sont bleus. Son visage est également blanc avec de fines lignes de plumes noires.

Statut de conservation : Il est en danger critique d’extinction à l’état sauvage. Depuis 2007, la Bolivie a lancé un programme de conservation pour cette espèce et le nombre d’individus a légèrement augmenté depuis.

Ara militaire

Le Ara militaire

Nom latin : Ara militaris

Répartition géographique : Selon la sous-espèce, il est possible d’en observer au Venezuela, en Équateur, au Pérou, au Mexique, en Bolivie et au nord de l’Argentine.

Longévité : 60 ans

Poids : 900-1100 g

Taille : 70 cm

Apparence : Le ara militaire a les plumes du corps vertes assez claires et celles du front un peu plus foncées. Les plumes de sa nuque sont bleues tirant sur le turquoise alors que le bout de ses rémiges (plumes de vol) est bleu. La partie de son front touchant son bec noir est rouge vif et certaines plumes de ses rectrices (plumes de queue) sont rouges un peu plus foncés avec un peu de vert et de bleu. Le tour de ses yeux et de ses joues est blanc avec des lignes noires. Le dessous de ses ailes et de sa queue est jaunâtre.

Statut de conservation : C’est une espèce menacée suite à la destruction de son habitat naturel, mais elle reste quand même présente.

Ara de buffon

Le Ara de buffon

Nom latin : Ara ambiguus

Répartition géographique : Honduras, Nicaragua, Costa Rica, Panama, Colombie et l’Ouest équatorien

Longévité : 60 ans

Poids : 1400 g

Taille : 90 cm

Apparence : Le Ara de buffon ressemble un peu au Ara militaire, mais il a moins de bleu sur son corps. En effet, cette couleur ne se retrouve qu’au bout de ses rémiges et dans sa queue. Cet oiseau a également le front rouge, mais sa queue en a un peu moins que le précédent perroquet présenté. Sa tête est également blanche avec des lignes de plumes noires et le vert de son corps est plus pâle que celui du Ara militaire.

Statut de conservation : Cette espèce est en danger d’extinction à cause de la déforestation qui détruit son habitat naturel.

2 scarlet macaws (ara macao) - Limonal/Costa Rica

Le Ara rouge ou Ara macao

Nom latin : Ara macao

Répartition géographique : Amérique Centrale et dans le nord de l’Amérique du Sud

Longévité : 80 ans

Poids : 900 à 1490 g

Taille : 89 cm

Apparence : le Ara macao est probablement l’espèce la plus connue de par ses couleurs flamboyantes. Son corps est majoritairement rouge. Ses joues et le tour de ses yeux sont blancs, mais exempts de plumes noires comme les quelques précédents aras. Son bec est noir avec une grosse bande claire sur le devant. Au niveau de ses ailes, le bout proximal (plus près du corps) est rouge, tandis que le bout distal (le plus loin du corps) est bleu. Entre les deux, les plumes sont jaunes. Les rectrices (plumes de queue) sont un savant mélange entre du bleu et du rouge.

Statut de conservation : Bien que la déforestation ait réduit le nombre de aras rouges, ces oiseaux ne sont pas encore considérés comme menacés.

Ara chloroptère

Le Ara chloroptère ou Ara à ailes vertes

Nom latin : Ara chloropterus

Répartition géographique : Surtout en Amérique du Sud, mais aussi au Panama et en Colombie

Longévité : 80 ans

Poids : 1050 à 1700 g

Taille : 95 cm

Apparence : Le ara chloroptère est très semblable au ara macao sur le plan physique. Une grande partie de son corps est recouverte de plumes rouges : le dessous de ses ailes et de sa queue, sa tête ainsi que son dos et quelques rectrices. Sa tête est également blanche tout comme le devant de son bec. Le bout de ses rémiges, les plumes dans le bas de son dos ainsi que quelques rectrices sont bleus. La différence entre les deux espèces réside dans le fait que la partie centrale des plumes de vol est verte pour le Ara chloroptère, au lieu d’être jaune comme le Ara macao.

Statut de conservation : C’est une espèce quasi menacée puisque le nombre d’individus a diminué drastiquement dans certaines de ces régions géographiques (Panama et Colombie) à cause de la dégradation de son habitat et du commerce.

Ara rubrogenys2

Le Ara à front rouge ou Ara de lafresnaye

Nom latin : Ara rubrogenys

Répartition géographique : Bolivie

Longévité : 80 ans

Poids : 450 à 650 g

Taille : 60-66 cm

Apparence : Ce perroquet est en grande partie recouvert de plumes vert olive, excepté son front qui est rouge, tout comme deux petites zones à côté de ses yeux, ainsi que la base de ses ailes. Son bec est entièrement noir et le contour de ses yeux est dépourvu de plumes. La seule autre touche de couleur que l’on retrouve chez lui est la pointe bleue de ses rémiges.

Statut de conservation : Il figure sur la liste des espèces en danger d’extinction. De plus, il est également inscrit dans l’annexe II de la CITES. La déforestation et le commerce en sont les causes principales.

Ara sévère

Le Ara sévère ou Ara vert

Nom latin : Ara severus

Répartition géographique : Amérique du Sud et Amérique Centrale, mais surtout en Bolivie, au Panama, au Venezuela, au Brésil, en Équateur et en Colombie

Longévité : 30 ans

Poids : 347 g

Taille : 45 cm

Apparence : Il est en grande partie vert. En effet, le dessus de son front et de son bec est noir. Ses joues sont blanches avec quelques lignes de plumes noires. On retrouve du rouge à la base de ses ailes et le bout de ses rémiges est bleu. Dans sa queue, on voit du bleu, du rouge et du vert.

Statut de conservation : Ce perroquet n’est pas considéré comme en danger. En effet, il figure sur la liste des préoccupations mineures. Il arrive très facilement à s’adapter aux changements.

Ara de Cuba

Le Ara de cuba ou Ara tricolore

Nom latin : Ara cubensis

Répartition géographique : Avant sa disparition, on le retrouvait à Cuba.

Longévité : Information non disponible

Poids : Information non disponible

Taille : 50 cm

Apparence : La majorité de ses plumes de corps était rouge orangé. Le tour de ses yeux était blanc. Pour ce qui est de ses ailes, la base de celles-ci était de couleur rouge pour doucement changer en une couleur bleue. Pour ses rectrices, comme pour les ailes, la base était rouge et le bout des plumes était bleu.

Statut de conservation : La chasse a fait en sorte que cette espèce soit dorénavant disparue.

Les Aras du genre Orthopsittaca

Ara de macavouanne

Le Ara de macavouanne ou Ara manilata

Nom latin : Orthopsittaca manilata

Répartition géographique : Brésil, Pérou et Colombie

Longévité : 50 ans

Poids : 300 g

Taille : 50 cm

Apparence : La couleur majoritaire de son plumage est le vert. Il a tout de même le tour des yeux et les joues d’un beau jaune. Quelques plumes jaunes sont disséminées au niveau de son cou. Dans ses ailes, il est possible de voir des plumes bleues qui ressortent à côté de ses plumes vertes.

Statut de conservation : C’est une espèce qui est en danger mineur puisqu’elle est très commune. Par contre, son lieu de nidification (les palmiers) est très utilisé pour la construction de structures utilisées par les hommes. Cela pourrait donc avoir des effets sur son statut de conservation.

Les Aras du genre Propyrrhura

Ara de coulon

Le Ara de coulon

Nom latin : Propyrrhura couloni ou Primolius couloni

Répartition géographique : Pérou, Bolivie et Brésil

Longévité : Information non disponible

Poids : 205 à 295 g

Taille : 41 cm

Apparence : Comme le Ara de macavouanne, cet oiseau est à prédominance verte. Ce vert est toutefois plus foncé que le précédent ara et on le retrouve en moins grande quantité. En effet, toute sa tête ainsi que la majorité de ses ailes sont recouvertes de plumes bleues. Son bec est noir et blanc.

Statut de conservation : Cet oiseau est considéré comme plutôt commun mais, depuis 2006, des études ont montré que sa population avait considérablement diminué. Il fait dorénavant partie des espèces menacées d’extinction.

Ara d'illiger

Le Ara d’illiger

Nom latin : Propyrrhura maracana

Habitat : Brésil et Argentine

Longévité : Information non disponible

Poids : Information non disponible

Taille : 46 cm

Apparence : Son plumage à prédominance verte passe par plusieurs teintes de cette même couleur. Son front est rouge pour ensuite passer à un bleu-vert. Le tour de ses yeux et ses joues sont blancs. Le Ara d’illiger a deux taches rouges sur son abdomen. Il est possible de voir des plumes de couleurs bleu-vert dans ses ailes.

Statut de conservation : Cet oiseau figure dans l’annexe I de la CITES. C’est donc une espèce menacée. Il est également très rare en captivité.

Ara à collier jaune

Le Ara à collier jaune

Nom latin : Propyrrhura auricollis

Habitat : Bolivie, Paraguay, Argentine et Brésil

Longévité : Information non disponible

Poids : 240-250 g

Taille : 45 cm

Apparence : Son front et une partie de ses joues sont de couleur noire, tandis que le reste de ses joues est blanc. Son corps est pratiquement tout vert, hormis un collier de plumes jaunes. C’est d’ailleurs de celui-ci que l’oiseau tient son nom. Les plumes du bout de ses ailes et de sa queue sont bleues.

Statut de conservation : Il n’est pas considéré comme menacé, puisque son commerce a été interdit depuis 1984. Sa population a augmenté depuis ce temps là.

Les Aras du genre Diopsittaca

Ara noble

Le Ara noble

Nom latin : Diopsittaca nobilis

Habitat : Guyane, Venezuela et Brésil

Longévité : Information non disponible

Poids : 129-169 g

Taille : 30 cm

Apparence : Son plumage est à prédominance verte de la tête à la queue. Son front est cependant bleuté. De plus, le tour de ses yeux et ses joues sont blancs. La partie supérieure de son bec est blanche tandis que la partie inférieure est noire. La base de ses ailes est rouge.

Statut de conservation : Cet oiseau n’est pas menacé. Il figure dans l’annexe II de la CITES.

Vous en savez maintenant plus sur le ara. En avez-vous découvert un peu plus sur cet oiseau impressionnant ? Parmi ces magnifiques oiseaux pleins de couleurs, lequel avez-vous préféré ? Laissez-nous vos impressions dans les commentaires !

* : La CITES est la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacées d’extinction. Les espèces qui en font partie sont classées selon trois annexes. L’annexe I regroupe les espèces menacées d’extinction, leur commerce n’est autorisé que dans des conditions exceptionnelles. L’annexe II regroupe les espèces qui ne sont pas nécessairement menacées, mais leur commerce doit tout de même être réglementé. L’annexe III regroupe les espèces qu’un pays choisit de protéger, les autres pays faisant partie de la CITES sont donc obligés de suivre leurs réglementations face à la protection de ces espèces qui ne sont pas forcément protégées dans leur pays.

Katouee

Sources textes:

animauxexotiques.com : 1
oiseaux.net : 123456789
csdc.qc.ca : 1
animogen.com : 1
les animaux du monde.wifeo.com : 123
oiseaux-birds.com : 1
sedna.radio-canada.ca : 1
Perruches.org : 1
birdlife.org : 1
petermaas.nl : 1
perroquet.biz : 1
abap.be : 1
perroquet-passion.ch : 1

Sources images:

Image 12345678910111213141516171819

10 réflexions sur “Le ara”

  1. Je ne savais pas qu’il y en avait autant… Très intéressant, suis pas fan des gros perroquets mais je ne les trouve pas moins beaux ! Surtout de Spix et de Coulon °.°

     
    1. En plus ne sont pas les seuls oiseaux à être considérés comme des perroquets, donc il y en a encore plus ! 😛
      Merci d’avoir lu 🙂

       
      1. Tu as une idée de l’origine de son nom ? Je trouve ça assez étrange de voir une espèce d’oiseau nommé « militaire »… !

         
        1. Je n’ai pas vraiment trouvé d’informations sur son nom, mais le ara militaire se font dans le paysage. C’est peut-être de ça qu’il tire son nom. Mais ce n’est que supposition. Si ça se trouve, ce n’est pas la vrai raison.

           

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut