Master, mastère, mastère spécialisé, master of… Comment s’y retrouver ?

Notez cet article :

Difficile de s’y retrouver entre un master, un mastère ou mastère spécialisé, un master of… En plus de l’appellation, certaines formations donnent un master qui peut être un diplôme, un grade ou simplement une dénomination abusive. Comment s’y retrouver au moment de choisir son orientation ? Voici un article pour vous aider à démêler le vrai du faux.

master ou mastère spécialisé ou master

Le Master : un diplôme, un grade ou un niveau

Le master peut désigner plusieurs choses. 

Le plus souvent, il correspond à un diplôme de niveau bac +5, reconnu par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : le diplôme national du master. Il remplace les anciens DEA (Diplôme d’Études Approfondies) et DESS (Diplôme d’Études Supérieures Spécialisées) depuis 2002, lorsque le système LMD (licence, master, doctorat) a été adopté en France pour homogénéiser l’organisation des études supérieures en Europe. Ce diplôme est essentiellement délivré par les universités, en plus de certains autres établissements publics comme Science Po, les Écoles Normales Supérieures (ENS), Centrale…

Certains établissements tentent toutefois d’utiliser ce terme alors qu’elles ne peuvent pas délivrer de diplôme de master. La seule façon, pour ces formations, de garantir à ses étudiants d’obtenir ce diplôme est de s’associer à une université : l’école donne alors la formation, elle garantit le niveau et l’université permet aux étudiants de bénéficier du prestigieux diplôme. Cependant, cette pratique est encore peu répandue.

Le master peut aussi correspondre à un grade. Il y a au total quatre grades reconnus par l’État : baccalauréat, licence, master et doctorat. Tous les diplômes et les titres de niveau bac +5 garantis par l’État donnent accès au grade de master.

Afin qu’une formation puisse assurer à ses étudiants un grade de master, celle-ci doit passer une habilitation accordée pour trois à cinq ans par le ministère, qui vérifie plusieurs aspects tels que le contenu pédagogique enseigné, le volume horaire de cours, l’encadrement, les débouchés…

Le grade est parfois délivré automatiquement avec le diplôme (c’est le cas pour le diplôme national du master) et les diplômes d‘ingénieur dont les formations ont été validées par la Commission des titres d’ingénieur (CTI). Pour ces derniers, la formation donne donc un titre d’ingénieur diplômé, un grade de master, mais pas de diplôme de master. Les 200 écoles d’ingénieur donnant accès à ce grade apportent donc une garantie de qualité, puisque la CTI vérifie l’encadrement, le nombre et la qualité des partenariats avec les entreprises, le rayonnement international, la pédagogie, le taux d’insertion professionnelle…

Certaines autres formations peuvent recevoir un accord du ministère, qui leur donne l’autorisation de décerner le grade de master à leurs étudiants. C’est le cas de certaines écoles de commerce, d’architecture ou d’art par exemple. Malheureusement, il est souvent difficile de trouver une liste précise des établissements concernés.

Finalement, un master peut être un niveau et ne garantir ni un diplôme, ni un grade. C’est le cas de certaines écoles, dont le diplôme est reconnu, c’est-à-dire qu’il est inscrit au Répertoire National des Certifications Professionnelles, mais pour lesquelles la formation n’est pas habilitée à accorder un diplôme ou un grade de master à ses étudiants.

Le niveau peut donc être reconnu par l’État et les entreprises, mais ne pas apporter certains avantages du diplôme ou du grade. En effet, les deux derniers ont été mis en place lors de l’harmonisation des études supérieures en Europe et permettent une mobilité plus facile à l’international. De plus, il est nécessaire d’avoir au moins le grade de master pour poursuivre des études doctorales, un simple niveau n’est pas suffisant. Par contre, ces formations peuvent présenter des avantages comme des partenariats forts avec des entreprises assurant une bonne insertion professionnelle.

Master of : simple traduction ou réelle reconnaissance ?

Une autre appellation couramment rencontrée pour les formations de niveau bac +5 est celle de Master of. Elle vient de la traduction de « Master » mais n’implique pas d’avoir forcément le diplôme ou même le grade de master. Ainsi, il est nécessaire de vérifier les accréditations des établissements et la reconnaissance du diplôme délivré (labels, visa de l’État…).

Le Master of Business Administration ou MBA est l’un des « master of » les plus connus. Il s’agit d’un diplôme international, mais l’appellation n’est pas protégée et il n’y a pas de règlement particulier concernant le contenu pédagogique, l’enseignement, l’encadrement… Un label, AMBA, accordé par l’Association of MBAs aux meilleures formations (au total 10 établissements en France), permet de reconnaître celles qui offrent une réelle plus-value et des perspectives d’évolution de carrière. En effet, le MBA est souvent proposé aux cadres en formation continue, car il demande plusieurs années d’expérience professionnelle et un bon niveau d’anglais puisqu’il est totalement ou partiellement enseigné en anglais.

Le Master of Science est une formation de niveau bac +5 qui s’adresse plus particulièrement aux étudiants étrangers. En effet, elle est délivrée en anglais, dans des écoles de commerce ou d’ingénieur et prône une réelle ouverture à l’international. Cependant, le Master of Science n’est pas réglementé et donc pas reconnu en France, la valeur du diplôme est uniquement liée à la réputation de l’établissement, il faut donc y faire attention.

Ce genre de traduction est aussi couramment rencontré au niveau licence (bac +3). En effet, plusieurs formations s’appellent « bachelor of », qui est en réalité une simple traduction du niveau « licence » dans le système anglo-saxon. Cependant, en France, de la même façon que pour le master, ce sont essentiellement les universités qui peuvent le donner. Il est donc nécessaire de bien vérifier les labels dont bénéficient ces établissements et leur réputation afin de s’assurer que le diplôme sera reconnu et recherché par les employeurs.

Mastère, uniquement s’il est spécialisé !

Certaines formations de niveau bac+5 s’appellent Mastère, mais toutes n’ont pas la même valeur.

Il y a tout d’abord des mastères spécialisés ou MS, qui sont donnés dans certaines écoles d’ingénieur ou de commerce afin de répondre à un besoin spécifique des entreprises dans des domaines particuliers, non enseignés ailleurs. Il s’agit d’une formation de un an accessible aux personnes ayant un diplôme de niveau bac +5 ou qui peut être acquise par validation des acquis de l’expérience. Ce nom est protégé, car la Conférence des Grandes Écoles ou CGE l’a déposé à l’Institut national de la protection industrielle. Ainsi, seuls les établissements dont le contenu pédagogique et les méthodes d’enseignement ont été approuvés par la CGE peuvent nommer leur formation mastère spécialisé, c’est donc un gage de qualité pour les 400 écoles le délivrant.

Il existe ensuite un mastère en sciences ou MSc, lui aussi reconnu grâce au label accordé par la Conférence des Grandes Écoles qui récompense les meilleures formations. Il s’adresse aux étudiants de première année de master (bac +4) ou ayant obtenu une licence à l’étranger. Cette formation se déroule en un an, est enseignée en anglais et donne donc un niveau bac +5 aux étudiants, qui sont majoritairement destinés à partir à l’étranger.

Enfin, d’autres formations utilisent des noms dérivés de « mastère » : mastère, cycle de mastère, programme de mastère, mastère professionnel… Dans tous ces cas, il est très difficile de savoir ce que vaut cette formation, car l’appellation n’est plus soumise à vérification par la CGE. En effet, seul le terme « mastère spécialisé » est protégé. Ainsi, il est nécessaire de bien se renseigner sur les visas et les labels dont dispose la formation pour savoir si elle est reconnue et s’il est possible de bénéficier d’équivalences par exemple.

diplôme master

Comment être sûr de votre « Master » ?

Il est donc très compliqué de démêler le vrai du faux, de savoir ce que valent vraiment les écoles et le diplôme qu’elles décernent. Tant que rien ne sera fait au niveau législatif pour séparer de façon plus importante les appellations et empêcher certaines formations d’avoir le titre de master si elles ne donnent pas le diplôme ou le grade auquel le nom fait référence, il sera très difficile de s’y retrouver. Cependant, cela est possible, comme c’est actuellement le cas pour le baccalauréat ou la licence, cette simplification sera donc peut-être un jour mise en place pour le master.

Ce qui est essentiel, dès lors que vous cherchez un diplôme qui n’est pas délivré par une université, c’est de demander si la formation :
– est de niveau bac +5 et vous permet donc d’acquérir 300 European Credits Transfer System (ECTS), ce qui correspond à 5 ans d’études (180 crédits en licence, puis 120 en master)
– donne accès au grade de master et donc aux équivalences internationales
– bénéficie de labels nationaux tel que le visa de l’État ou internationaux comme AMBA pour les MBA.

En conclusion, il est souvent difficile de s’y retrouver dans toutes les appellations, souvent très proches, utilisées par les formations. Même celles qui ne sont pas ou peu reconnues tentent d’attirer les étudiants avec ces termes, mais les promesses ne sont pas toujours remplies. Ainsi, avant toute inscription, il est nécessaire de bien vous renseigner pour être certain de ce que vous apportera la formation choisie et être conscient dès le départ de ce qui sera ensuite possible et des limites (équivalences impossibles à l’étranger, diplôme peu reconnu…).

Avez-vous déjà eu des problèmes avec des appellations peu claires concernant les formations ? Seriez-vous prêt à avoir un diplôme s’appuyant uniquement sur la réputation d’un établissement et n’accordant pas de grade ou de diplôme de master ? N’hésitez pas à partager votre expérience et votre avis dans les commentaires.

Ursuline

Sources texte :

– letudiant.fr 1 et 2

biop.cci-paris.idf.fr

lexpress.fr

onisep.fr

cci.fr

Sources images :

 – Image 1

 – Image 2

2 réflexions sur “Master, mastère, mastère spécialisé, master of… Comment s’y retrouver ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut